Chaque maison commence par un rêve
2ème marche - Architecture

Architecture

Si il y a une étape du projet où mettre de l'énergie, c'est à la conception, à la préparation. C'est là que prendra forme votre projet. C'est aussi cette étape décisive où se joue le budget du projet. Seule une bonne planification peut vous permettre d'atteindre vos objectifs.


Définir vos priorités

C’est à sa conception que le projet peut réellement commencer à prendre forme.

Avant de commencer les dessins de votre maison, il est important de prendre du recul pour bien définir votre vision et à qui servira ce bâtiment. Pour définir vos priorités, pensez à faire une liste de vos besoins et une liste de vos désirs. Cela va vous aider à prendre certaines décisions. Pour être clair : un besoin est un élément non négociable. Sans lui, le projet ne vaut même pas la peine d’être réalisé. Quant à un désir, ou un souhait, c’est un élément qu’on souhaite intégrer dans notre maison, mais qui n’est pas absolument essentiel ou qui peut être réfléchi pour le plus long terme.

Le but de l’exercice est aussi de définir vos priorités pour votre projet. Bien entendu les priorités peuvent être multiples, mais il est pratique d’en avoir une liste relativement ordonnée, afin de veiller à rester cohérent avec ce qui pour vous, est le cœur de votre projet. 

Quelques exemples de priorités : une maison saine ; une maison avec le moins d’entretien possible ; un projet qui aura avant tout un impact réduit sur l’environnement ; une maison économe en eau, en énergie ; un habitat pour favoriser l’autonomie alimentaire. Voulez-vous mettre de l’avant un certain design, une certaine vue que vous avez depuis votre terrain ? Ou encore, avez-vous à cœur la valeur de revente..? En ordonnant les priorités pour votre projet, vous vous assurez de garder le cap sur ce qui compte pour vous, sur l’essence du projet.

Conception intégrée

La conception intégrée est une méthode de travail transversale, dans laquelle toute une équipe pluridisciplinaire travaille ensemble autour d’un même projet. Le but est de mettre l’expertise de chacun à profit pour créer le meilleur projet possible, tenant compte de tous les points de vue : designer, technologue, estimateur, charpentier, spécialiste en mécanique et systèmes… Et au centre de tout ceci, se trouve le client, porteur de sa propre vision et futur habitant du lieu de vie qui est en création. Les membres de l’équipe sont là pour le guider, l’accompagner, lui faire part de leur expertise.

Cela permet également d’anticiper les défis, et dans le cas d’une construction, de bien planifier le chantier.

La conception intégrée s’oppose à la conception "en silo", qui a davantage pour crédo qu’"à chaque dossier, son expert" et ce, chronologiquement. Typiquement, un projet de maison en silo consiste en l’élaboration des plans par un concepteur, suivie d’une étape de demandes de soumission auprès d’entrepreneurs. Avec généralement, des surcoûts non prévus à la clé.

Pour bien préparer un projet, il faut croiser les expertises et créer un dialogue entre les intervenants, qui ont chacun un regard différent. Chacune de leurs décisions va avoir un lien avec la décision de l’autre personne. Et également, chaque décision peut avoir une influence tant sur la nature du projet que sur son budget.

Chez Belvedair, nous travaillons uniquement en conception intégrée. Le point de vue des designers s’assortit des suivis budgétaires des estimateurs. Les technologues et charpentiers, sont sollicités pour leur regard technique et pragmatique. L’expert en efficacité énergétique vous guide dans les choix de chauffage et mécanique qui s’offrent à vous. Quant aux chargés de projets, ils orchestrent le tout, répondent à vos questions, documentent le projet, coordonnent les intervenants externes (arpenteurs, techniciens de sol…) et veillent à ce que votre projet demeure fidèle à votre vision.

Une excellente motivation pour toute l’équipe, est qu’en dialoguant ainsi, on crée des projets équilibrés, viables, beaux et fonctionnels, qui ne resteront pas dans un tiroir.

Autrement dit, en réunissant tous les domaines d’expertises sous un même toit, Belvedair s’assure une cohésion dans l’ensemble des décisions prises, ce qui se reflète autant dans la qualité du service que dans celle du produit final. Et c’est vous qui en profitez !

Dimensionnement

Optimiser les espaces et les fonctions

Tout bâtiment neuf doit être bien dimensionné. Ce qui implique en premier lieu, d’optimiser le pied carré. En effet, c’est ce qui a le plus d’impact sur l’environnement : une maison optimisée va demander moins de matériaux, moins de coûts, et moins d’entretien par la suite. Pour optimiser les superficies, il faut jouer avec quelques astuces :

  • Bien définir son mode de vie et ses besoins
  • Éviter les corridors et les pertes d’espaces, ce qui au passage, procure aussi une meilleure sensation d’espace...autrement dit, on respire !
  • Penser les pièces comme des espaces polyvalents, au lieu de prévoir "un usage par pièce". Par exemple, votre bureau peut-il être une chambre d’amis ? Votre atelier peut-il comporter une section de rangement…? Chacun a ses réponses, selon son mode de vie.
  • Il faut penser la maison à sa base pour être écologique, et non essayer d’arranger un plan pour le rendre écologique...procéder dans ce sens est plus efficace. De plus, on va plus loin ainsi, et à moindre coût. La toiture est l’exemple parfait de ce principe. En évitant les pignons superflus, les décrochés et lucarnes, on fait simple et durable : moins de jonctions (de "noues"), moins de complexité, moins de risque d'infiltration ou d'accumulation d’eau, de glace… Et en simplifiant la forme, on se simplifie l’installation : moins de découpes, moins de temps de main d’œuvre… En simplifiant, on peut se permettre d’installer de la tôle, qui sera beaucoup, beaucoup, plus durable que du bardeau d’asphalte. Penser la simplicité d’un toit est gagnant à tous les niveaux.
  • De la même manière, on cherchera à créer des bâtiments plus carrés ou rectangulaires, plutôt simples, car chaque jonction apporte son lot de défis pour isoler et étanchéifier, en plus de multiplier la quantité de matériel nécessaire pour construire.

Les projets par phases

Le bon dimensionnement, cela peut aussi être de penser le projet en phases. À la base, un questionnement : préférez-vous un projet plus coûteux mais "tout inclus" dès le départ, quitte à attendre quelques années, pour que le budget soit plus assuré ? Ou aimez-vous mieux passer à l’action avec un projet au départ plus petit, mais prévu pour évoluer dans le temps ? Chacun possède la réponse pour son propre projet, mais la question vaut la peine d’être posée.

Si votre projet coûte trop cher au jour 1, la solution peut être d’y aller par étapes. On parle aussi de maison évolutive, ou une conception par phases. Quelques exemples : ajouter le garage ou l’abri d’auto plus tard, prévoir une serre mais la planifier dans quelques années, ne pas finir le sous-sol tout de suite, ou encore prévoir un grenier habitable à finir plus tard… En prévoyant déjà ces espaces non finis, voir non isolés, en phase 1, cela vous évite d’avoir, dans le futur à excaver de nouveau, ouvrir les parements extérieurs, joindre des toitures, et toutes autres interventions coûteuses et énergivores.

L’intérêt d’une maison évolutive est que vous passez déjà à l’action pour habiter le lieu de vie dont vous rêvez. La phase 1, comble vos besoins actuels, et vous pouvez au fil du temps agrémenter votre nouvel habitat.

La conception solaire passive

Qu'est-ce que le "Solaire passif" ?

L’énergie solaire passive consiste à laisser pénétrer la chaleur du soleil dans la maison par les fenêtres. Le but est de profiter de l’énergie gratuite que le soleil nous envoie, jour après jour. Le soleil nous envoie une quantité phénoménale d’énergie,  que l'on doit aller chercher pour concevoir et implanter la maison.

Dans une maison solaire passive, on emmagasine l’énergie ainsi captée dans des matériaux capables d'absorber la chaleur, intégrés à la maison, comme par exemple de la brique, du béton, des crépis, du gypse plus épais, de la céramique… Ces matériaux ont l’avantage de pouvoir emmagasiner une grande quantité d’énergie pendant la période d’ensoleillement et peuvent ainsi prévenir la surchauffe. Ils peuvent ensuite retransmettre la chaleur accumulée à la maison pendant la nuit. Toutefois, si le choix des matériaux fait partie des éléments clés du solaire passif, dans le climat où nous vivons, il est utile d’en ajouter énormément. Un dosage léger est amplement suffisant et votre maison n’aura pas besoin de cumuler tous les matériaux "bons élèves", pour être un lieu fabuleusement confortable.

Que faut-il planifier ?

La conception et le choix de l’emplacement sont les facteurs les plus décisifs pour prendre en compte les principes du solaire passif. Dès la première visite terrain, le but est de regarder quelle est la course du soleil par rapport au terrain ? Où est l’Est, où le soleil se lève ; le Sud, où il passe la journée et l’Ouest où il se couche.

On peut ainsi positionner les pièces de la maison et la fenestration pour en bénéficier. Idéalement, on positionne un ratio de 60 % de fenêtres au Sud, car c’est là que le soleil est le plus intéressant, et on va chercher entre 15 et 20 % à l’Est ou à l’Ouest, et au Nord, on essaie d’en mettre le minimum.

Bien entendu, ces ratios sont l’idéal théorique, puisqu’en réalité, il faut bien s’adapter à chaque terrain.

Autre élément à considérer pour le solaire passif : la différence d’inclinaison entre l’hiver et l’été. L’été le soleil est beaucoup plus haut qu’en hiver. En hiver et aux entre saisons, on va laisser ses rayons bas, entrer loin dans le bâtiment : car c’est cette énergie qui permettra de se passer de chauffage mécanique, une grande partie du temps, à ces saisons où des maisons standards en ont besoin. À l’inverse, en été, les rayons sont hauts et il fait chaud, on va donc plutôt chercher à bloquer le soleil direct avec des débords de toits ou des pare-soleil. Cela va limiter les besoins de climatisation.

Pour obtenir une maison solaire passive, il importe donc de bien planifier son orientation, la taille de ses débords de toiture, ainsi que la taille et le positionnement de ses fenêtres, l’agencement des pièces… Il faut donc prévoir du temps et de l’attention pour bien la planifier. On sera également vigilants aux niveaux d’isolation et à l’étanchéité, comme on l’explique dans la troisième marche, sans quoi la chaleur captée en journée, quittera rapidement la maison par temps froid.

Au quotidien, les principes de la maison solaire passive se traduisent donc avant tout par beaucoup de confort, de lumière, et de chaleur quand on en a besoin.