Chaque maison commence par un rêve
9ème marche - Technologies pour économiser de l'énergie

Technologies pour économiser de l'énergie

Si l’on souhaite pousser plus loin la performance énergétique, on peut faire appel à certaines technologies additionnelles. On a vu qu’il est important de miser d’abord sur les premières marches avant de s’équiper de technologies plus complexes, souvent plus coûteuses. Toutefois, ces dernières peuvent tout de même rendre votre habitation plus efficace, voire plus confortable. Et certaines d’entre elles sont vraiment logiques et accessibles à peu de frais.


Chauffe-eau à technologie ECOPEAK

Que ce soit en construction neuve ou en rénovation, c’est un choix pertinent et plus écologique. Ce chauffe-eau, développé par Hydro-Québec, dispose de trois éléments de chauffage au lieu de deux habituellement. Cela permet de chauffer l’eau de façon plus uniforme tout au long de la journée. À la fin, la différence se fait non pas sur votre facture d’électricité, mais collectivement : la demande d’électricité est diminuée lors des périodes de pointe. Or, lorsque la demande en électricité est trop forte, Hydro-Québec doit occasionnellement acheter de l’électricité de réseaux voisins : celle-ci coûte cher et est produite à partir de combustibles fossiles tels que le gaz naturel ou le mazout. ECOPEAK a l’avantage de limiter collectivement l’achat d’électricité plus coûteuse et plus polluante.

Système de récupération de chaleur des eaux grises (ThermoDrain, Power Pipe)


Le système de récupération de la chaleur des eaux grises est composé d’une section de drain en cuivre autour duquel un tuyau en cuivre est enroulé et moulé. L’eau fraîche du réseau d’aqueduc circulant dans le tuyau en cuivre absorbe la chaleur des eaux de la douche qui glissent sur la paroi interne du drain avant d’arriver au chauffe-eau. L’eau fraîche est ainsi préchauffée en moyenne de 9°C à 26°C. Le chauffe-eau utilisera donc moins d’énergie pour chauffer l’eau fraîche à la température désirée. Il fournira aussi de l’eau chaude pendant plus longtemps. Ce système a une durée de vie utile de 30 à 50 ans et ne requiert aucun entretien.
Source de l'illustration : Ecoinnovation Technologies

Domotique

La domotique était autrefois réservée aux entreprises spécialisées qui vendaient et installaient des systèmes complexes pouvant contrôler tous les appareils électriques de la maison. Aujourd’hui, on peut trouver et installer toutes sortes de technologies disponibles dans presque tous les magasins, dans le rayon de l’électronique. On peut contrôler, entre autres :

  • L’éclairage, avec des horaires, ou encore des "scènes" 
  • Les thermostats, avec des horaires ou des "scènes", qui peuvent détecter si vous approchez grâce au GPS de votre téléphone, et mesurer votre consommation d’énergie 
  • Robots-aspirateurs, qui peuvent nettoyer automatiquement à la demande ou en suivant un horaire programmé, et même vous envoyer une carte des surfaces nettoyées 
  • Des systèmes de surveillance par caméra 
  • Des systèmes d’alarme intrusion et incendie pouvant contrôler aussi l’éclairage et le chauffage 
  • Des systèmes de détection de fuite d’eau permettant de fermer l’entrée d’eau en cas de fuite 
  • Des serrures intelligentes, contrôlables avec votre cellulaire 
  • Des assistants vocaux compatibles avec plusieurs des systèmes mentionnés ci-haut.


Ces systèmes permettent parfois d’économiser de l’énergie, parfois d’augmenter votre sécurité, ou d’augmenter votre confort, parfois seulement pour le plaisir à les utiliser.

Thermopompes

Les thermopompes permettent de chauffer et de climatiser, alors qu’un climatiseur ne peut chauffer.

En mode chauffage, les thermopompes sont plus efficaces qu’un système électrique tel que des plinthes ou des planchers chauffants. Les thermopompes ont un module extérieur et un ou plusieurs modules intérieurs, afin d’extraire la chaleur contenue dans l’air.

Autrefois, les thermopompes perdaient rapidement leur efficacité lorsque la température extérieure chutait. Mais aujourd’hui, il existe de nombreuses thermopompes de climat froid, qui peuvent chauffer même lorsqu’il fait très froid à l’extérieur. Certains modèles peuvent même chauffer jusqu’à -30 degrés Celsius, elles sont donc très performantes, même si un système d’appoint, par exemple des plinthes, demeure nécessaire pour les périodes encore plus froides.

En principe, les thermopompes géothermiques sont plus efficaces, car elles puisent leur chaleur dans le sol plutôt que dans l’air. La température du sol en effet, est plus stable, soit de 5 à 10 degrés au Québec, ce qui est très avantageux lorsque la température extérieure est très froide. Cependant, avec l’arrivée sur le marché de nombreuses thermopompes de climat froid, l’investissement supplémentaire pour la géothermie, qui implique l’installation de tuyaux dans le sol et incluant le forage et/ou l’excavation, n’est plus justifié dans le cadre d’un projet de maison ou petit bâtiment résidentiel. Les économies supplémentaires sont insuffisantes, d’autant plus que l’échangeur géothermique requiert davantage d’entretien lié à l’échangeur souterrain (eau et antigel, pompe de circulation, sondes...).

Les technologies pour économiser de l'eau

Les économies d’eau décrites à la “4ème marche” sont vraiment les incontournables : elles font une vraie différence, à moindre coût et ce, que vous soyez dans le cas d’un projet de construction, de rénovation ou d’amélioration de votre logement.  

Si vous souhaitez aller plus loin pour sauver cette précieuse ressource qu’est l’eau, certaines technologies ou installations additionnelles pourront vous intéresser.

En domotique (voir la section domotique, ci-dessus), les valves d’eau “intelligentes” permettent de détecter les fuites.
Innovation ludique, simple et efficace, les compteurs d’eau intelligent de votre consommation énergétique pour la douche avec une application pour smartphone, ont fait leur apparition sur le marché européen. Quoique pas encore disponibles en Amérique-du-Nord, il est intéressant d’en connaître le principe. Le compteur Amphiro en est un exemple. Source de l'image : Amphiro    

Vous pouvez aussi installer un système de récupération d’eau de pluie :

  • la version simple, logique et peu coûteuse : commencer par récupérer l’eau de vos gouttières pour arroser vos plantations. Vous sauverez de l’eau et offrirez de la bonne eau de pluie à vos plantes ! La plupart des quincailleries proposent à la vente des barils de récupération d’eau de pluie.
  • la version beaucoup plus élaborée (donc évidemment plus coûteuse) : récupérer de l’eau de pluie pour vos toilettes. On parle alors de systèmes avec filtres, réservoirs et pompes.
    Pour en savoir plus.

Il existe également des systèmes de recyclage des eaux grises domestiques, permettant de récupérer et filtrer vos eaux grises (issues de vos lavabos de salle de bain, douches et laveuse) afin de les utiliser pour vos toilettes ou pour votre arrosage extérieur. On parle de systèmes plus complexes ou coûteux que les simples gestes d’économie d’eau. Ce sont malgré tout, des systèmes fort intéressants qu’il est bon de voir se développer. Pour en savoir plus.

Autre piste pour sauver beaucoup d’eau : les toilettes sèches, ou toilettes à compost. La réglementation n’incite pas encore à ce type d’installation, mais il est parfois possible de franchir le pas. Pour en savoir plus.

Rappelons enfin qu’en matière d’économies en eau ou en énergie, la différence vient avant tout des comportements : mode de vie et des habitudes de consommation. Réduire un peu la durée de sa douche, couper l’eau pendant qu’on se savonne, ne pas rincer la vaisselle avant de la mettre au lave-vaisselle… de simples gestes font toute une différence. Un exemples de 12 bonnes habitudes à adopter, ici.